Papiers découpés

Catherine Schmidt

Créations personnelles
ou sur commande

Travail

Après avoir procédé pendant des années en découpant en premier un motif dans du papier qu’elle encadrait ensuite, Catherine Schmidt travaille maintenant différemment : Constatant l’importance de l’encadrement sur le résultat final, elle fait actuellement l’inverse en choisissant d’abord un cadre, puis en créant un motif qui s’y adapte parfaitement : le tableau ainsi conçu donne une œuvre beaucoup plus aboutie.


Elle commence par esquisser son motif à grands traits sur un papier brouillon, puis y ajoute quelques détails importants. Quand cette esquisse la satisfait, elle calcule précisément la dimension du découpage qu’elle reporte sur l’envers blanc de son papier noir, puis redessine le motif choisi, sans y mettre toutefois tous les détails ; elle les ajoutera dans le courant du travail. Elle plie son papier en deux s’il s’agit d’un découpage symétrique. Elle s’attaque ensuite au travail de découpage proprement dit, en utilisant une paire de petits ciseaux droits, pointus et régulièrement aiguisés par ses soins.

Une fois ce travail terminé (jusqu’à 100 heures pour les très grands motifs), elle ouvre le découpage et le laisse reposer quelque temps sous un verre. Il ne lui reste plus qu’à le coller sur un fond clair, à le signer et à finir l’encadrement.

Pour les découpages en couleur, elle découpe d’abord une base noire puis ajoute des touches colorées en découpant des vaches ou autres dans des pages de journaux illustrés qu’elle recolle ensuite en s’aidant de brucelles d’horloger. On les appelle alors des découpages-collages. Dans ses poyas colorées, elle pousse le souci du détail jusqu’à assortir la couleur des vaches avec celle des oiseaux perchés sur les arbres voisins !

Les poyas d’exception

Soucieuse de sortir des sentiers battus, Catherine Schmidt a commencé en 2011 à créer une nouvelle ligne de poyas très différentes, conçues comme des œuvres d’exception, toutes différentes les unes des autres, en raison de leur cadre très original, tiré de troncs bruts, de "lunettes"  d’arbre ou découpés dans des fonds de meubles anciens à queue- d’aronde ou encore dans d’anciennes portes, fenêtres ou volets.

Elle se laisse inspirer par ces bois puis crée une poya parfaitement adaptée à la forme souvent irrégulière de ces cadres naturels et nous propose alors une œuvre étonnante, destinée à être exposée dans un chalet, un intérieur rustique ou alors très moderne.

dessinsAu travailDétails du centrePetite portePoya porte